Événements

Photo

Rentrée ULaval

06 septembre 2022 9 h-17 h

Lieu : Atrium Jean-Guy-Paquet du pavillon Alphonse-Desjardins

Rencontrez les responsables des services à la communauté étudiante, des associations parascolaires, de la CADEUL et de l'ÆLIÉS pour obtenir les informations dont vous avez besoin pour bien commencer votre session. À ne pas manquer: de nombreux concours avec plusieurs prix à gagner et la chance d’avoir la réponse à toutes vos questions!

Informations supplémentaires :

Pour en savoir plus sur l'événement, consultez la page Web Rentrée UL.
Rendez-vous sur la page Web Rentrée 2022 de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique pour connaître l'horaire des séances d'accueil et faire des visites virtuelles de nos installations!

Photo

Soutenance de thèse de M. Matheus Roberto Cabral

21 septembre 2022 13 h 30

Lieu : Pavillon Gene-H.-Kruger, salle 2320-2330

Résumé de la thèse 

La construction usinée est un marché en pleine croissance en Amérique du Nord. Cependant, le choix des matériaux a un impact sur leurs coûts, leur temps de production et leur qualité. Ce projet de recherche visait développer et valider un outil de décision multicritères pour faciliter le choix des matériaux d'enveloppe et de structure des bâtiments usinés en bois au Canada et aux États-Unis.

Pour atteindre les objectifs, une stratégie de recherche a été conçue en trois étapes. À la première étape, une revue systématique a été réalisée pour identifier qu’elles sont les critères et les sous-critères pour sélectionner des matériaux d’enveloppe et de structure. Quant à la seconde étape, le raffinement et la validation des critères et sous-critères ont été effectués à l'aide de mesures du consensus et de l'indice de gravité (IG) à travers une étude réalisée auprès d’un groupe de vingt panélistes de la construction en bois (Canada et États-Unis). À la troisième étape, l’analyse hiérarchique des procédés (AHP) a été réalisée. L’AHP s’est composé de deux phases, dans la première, la collecte de données, a été réalisée à l'aide d'enquêtes comparatives par paires. La deuxième a été la construction et exécution de l’AHP. Un groupe des panélistes composés de dix professionnels (Canada et des États-Unis) avec un positionnement stratégique dans le choix des matériaux pour la construction en bois a été consulté. 

Grâce aux résultats de la première étape, il a été possible d’obtenir les critères de choix des matériaux. Outre les critères, à partir de l'analyse documentaire, il a également été possible de relever des lacunes de recherche sur la construction en bois et l’efficacité énergétique. Des recommandations générales pour le développement de bâtiments moins énergivores ont été discutées. Quant aux critères obtenus, vingt-cinq sous-critères ont été extraits et divisés en sept critères principaux : (1) propriétés techniques; (2) matériaux durables; (3) efficacité énergétique; (4) économies de matériaux; (5) conditions du site et la logistique; (6) documentation et standardisation et (7) bénéfice social. 

À la deuxième étape, pour le raffinement et la validation, une plus grande importance a été accordée aux critères propriétés techniques, conditions du site et la logistique et bénéfice social. Quinze sous-critères ont été validés où seulement douze ont obtenu une priorité élevée par l’IG. Il s'agit des sous-critères (1er) étanchéité, (2e) facilité de mise en œuvre, (3e) santé des occupants, (4e) emplacement, forme et hauteur du bâtiment, (5e) résistance aux intempéries, (6e) résistance au feu, (7e) disponibilité des matériaux, (8e) confort et bien-être des occupants, (9e) sûreté et sécurité des occupants, (10e) esthétique, (11e) performance mécanique et (12e) documentation et standardisation. 

Les résultants de la troisième étape ont montré que le bénéfice social a la plus haute priorité pour la sélection des matériaux de structure et d'enveloppe, suivis des conditions du site et de la logistique et des propriétés techniques. Pour la sélection des matériaux d'enveloppe, les cinq principaux sous-critères étaient le confort, la satisfaction et le bien-être du bâtiment, la sûreté et la sécurité des occupants du bâtiment, l'emplacement, la forme et la hauteur du bâtiment, la santé des occupants, la disponibilité des matériaux avec des poids globaux de 0,252, 0,206, 0,178, 0,132 et 0,078 respectivement. Les cinq principaux sous-critères étaient la sûreté et la sécurité des occupants du bâtiment, l'emplacement, la forme et la hauteur du bâtiment, le confort, la satisfaction et le bien-être du bâtiment, la santé des occupants et la disponibilité des matériaux avec des poids globaux de 0,234, 0,218, 0,155, 0,121 et 0,098, respectivement.

Cette étude suggère que l'AHP pourrait être une voie décisionnelle pour faciliter la sélection des matériaux de structure et d'enveloppe des bâtiments en bois au Canada et aux États-Unis. Nos résultats suggèrent que le choix des matériaux devrait prendre en compte les matériaux qui offrent des bénéfices sociaux et qui s’adaptent à la condition du site et la logistique, plus précisément, ceux liés, au confort, à la satisfaction et au bien-être des occupants pour l’enveloppe. Pour la structure, ceux liés au sous-critère sûreté et sécurité des travailleurs et des occupants pour les matériaux de structure.

    Informations supplémentaires :

    Membres du jury

    Présidente

    • Mme Véronic Landry, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval

    Examinateurs

    • M. Pierre Blanchet, directeur de recherche, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval
    • M. Christian Dagenais, examinateur – FP Innovations
    • Mme Christelle Debrauwer, examinatrice externe, directrice générale – FP Innovations
    • Mme Nadia Lehoux, examinatrice, Faculté des sciences et de génie, Département de génie mécanique – Université Laval

    Viens vivre la forêt Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches

    21 septembre 2022 9 h-16 h

    Lieu : École de foresterie de Duchesnay

    Des représentants de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique seront présents à l'activité Viens vivre la forêt pour l'animation d'un atelier portant sur le métier d'ingénieur forestier ainsi que sur celui d'ingénieur du bois.

    Viens vivre la forêt s’adresse principalement aux jeunes de 3e, 4e et 5e secondaires en situation de choix de carrière, aux intervenants en milieu scolaire (conseillers d’orientation, enseignants. etc.) ainsi qu’à toute autre personne susceptible de guider les participants dans leur choix professionnel.

    Informations supplémentaires :

    En savoir plus

    Photo

    Soutenance de thèse de Mme Ingrid Calvez

    27 septembre 2022 9 h

    Lieu : Pavillon Gene-H.-Kruger, salle 2320-2330

    Assistez virtuellement à la soutenance par Zoom. 

    Résumé de la thèse 

    L’augmentation des réglementations environnementales, l’optimisation de la productivité industrielle, associées aux tendances du marché, pousse le secteur des couvre-planchers en bois prévernis à évoluer continuellement.

    Pour répondre à ces demandes, le développement de revêtements photopolymérisables à haute teneur en solides (ou 100 % solides) de faible brillance est très populaire. Les revêtements photopolymérisables sont très utilisés dans le secteur des couvre-planchers en bois prévernis du fait de leur polymérisation rapide, de leur très faible besoin en énergie et de leur faible impact environnemental. Bien que l'esthétique de la finition soit importante, le revêtement doit également garantir de bonnes propriétés mécaniques et physiques. Parmi les nombreuses stratégies disponibles pour diminuer la brillance, l’ajout de silice est la méthode la plus utilisée dans tous les revêtements mats confondus, mais reste une source de défis majeurs dans le cas des revêtements photopolymérisables 100 % solides. Ceci est dû au faible retrait pendant le processus de formation du film. Dans le cadre de ce projet, différentes stratégies ont été mises en place et étudiées pour diminuer la brillance des revêtements photopolymérisables 100 % solides tout en conservant de bonnes propriétés mécaniques.

    Dans un premier temps, pour augmenter la compatibilité entre le revêtement à base d'acrylate et la silice, la surface d’une silice micrométrique a été modifiée en deux étapes. La première étape a consisté à greffer du (3-aminopropyl) triéthoxysilane (APTES) pour introduire des groupes amino-réactifs à la surface. La seconde étape a consisté à greffer un monomère acrylate, le diacrylate de dipropylène glycol (DPGDA), via la réaction d’aza-Michael. L’efficacité de la silice-acrylate modifiée comme agent de matage a été démontrée dans cette étude. Par la suite, les revêtements photopolymérisables automatifiants se sont révélés des candidats prometteurs pour obtenir des surfaces de faible brillance sans agents de matage. L’étude d’un système hybride radicalaire/cationique à séparation de phases a démontré qu’il était possible de modifier la rugosité de surface en contrôlant la cinétique de réaction du système. Pour cela, l’impact de la concentration en photoamorceurs a été étudié afin de déterminer comment la cinétique de réaction influence les morphologies finales des systèmes hybrides.

    Finalement, ce système hybride initial a été modifié par l’ajout d’un monomère méthacrylate et l’étude de la miscibilité a été réalisé afin de sélectionner un système ternaire compatible avant l’irradiation ultraviolette (UV). Un copolymère réactif (poly(butyl acrylate-co-glycidyl méthacrylate)) a été ajouté pour manipuler le réseau de réticulation, les morphologies et propriétés du polymère. Dépendamment de la concentration en copolymère, les morphologies de surface obtenues pouvaient être lisse à très ondulée avec diverses variations d’amplitudes, menant à de faibles valeurs de brillance. L’impact du copolymère sur la formation des ondulations a été donc été étudié avec attention. La compréhension et le contrôle des systèmes hybrides constituent la nouveauté majeure de ce projet et peuvent aider à améliorer les formulations actuelles afin de préparer la prochaine génération de revêtements automatifiants.

    Informations supplémentaires :

    Membres du jury

    Président

    • M. David Pothier, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval

    Examinateurs

    • Mme Véronic Landry, directrice de recherche, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval
    • Mme Caroline Szczepanski, codirectrice de recherche – Michigan State University
    • M. Jean-Yves Bergeron, examinateur externe – Centre Kemitek
    • Mme Pascale Chevalier, examinatrice – Centre de recherche du CHU de Québec
    • Mme Christelle Delaite, examinatrice supplémentaire – Université de Haute-Alsace
    • Mme Josée Brisson, examinatrice supplémentaire, Faculté des sciences et de génie – Université Laval

    Pour assister à la soutenance en mode virtuel : https://ulaval.zoom.us/j/63534971350?pwd=M3FYS1E4VzBmQkJUUmt6cHJrK3pGZz09

    Photo

    Webinaire - La compensation carbone : définition, rôle et enjeux

    27 septembre 2022 12 h

    Lieu : En ligne

    Quel est le rôle réel que peut jouer la compensation carbone dans la crise climatique? Dans ce webinaire, venez vous informer sur les enjeux entourant la compensation carbone, le fonctionnement du marché du carbone et les différentes sortes de crédits carbone existants au Québec.

    Peu importe votre milieu de travail : municipal, forestier, agricole ou autre, venez en apprendre davantage avec nos intervenants qui vont vous initier aux rouages de la compensation carbone en plus de répondre à vos questions.

    Intervenantes et intervenants :

    • Anne-Céline Guyon, chargée de projet Climat à Nature Québec
    • Claude Fortin, Ing.f, spécialiste forêt et changement climatique au Ministère de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques
    • Lucas Moreau, Ing.f, candidat au Doctorat en sciences forestières, département des sciences du bois et de la forêt, Université Laval

    Consultez l'événement en ligne

    Informations supplémentaires :

    Le webinaire est organisé par le projet En mode Solutions Nature, porté par Nature Québec et SNAP Québec. 
    Merci au gouvernement du Québec, partenaire financier dans le cadre du programme Action-Climat Québec