Actualités

Photo

Écrire le corps

16 février 2021

Ce livre, qui réunit nouvelles, poèmes, contes et autofiction, a été codirigé par Sophie-Anne Landry (agente de gestion des études à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique) et Mattia Scarpulla avec la collaboration de Fanie Demeule. L’ouvrage collectif Épidermes réunit les textes de 14 écrivains qui se sont inspirés du thème de la manipulation du corps.  [...]

L’idée du thème du corps revient à Sophie-Anne Landry. C’est à la suite d’un rêve qui l’a perturbée qu’elle a voulu écrire une fiction mettant en scène une statue de cire vivante. «J’avais cette nouvelle qui m’habitait depuis longtemps et que je souhaitais poursuivre. En croisant Mattia dans un événement poétique, je lui ai proposé l’idée, puisqu’il a déjà travaillé sur le thème du corps. C’est lui qui m’a offert d’intégrer d’autres auteurs et autrices au projet pour en faire une anthologie.»

Pour recruter des participants, le duo a fait appel à des écrivains dont il admire le travail. Tous ont accepté avec enthousiasme. Du lot, plusieurs sont enseignants ou étudiants à l’Université Laval. Mattia Scarpulla et Sophie-Anne Landry, d’ailleurs, sont inscrits en études littéraires, lui comme doctorant et elle au baccalauréat. Sophie-Anne Landry est aussi agente de gestion des études à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, ce qui lui a inspiré un clin d’œil au domaine de la foresterie dans sa nouvelle.

Pour cette auteure habituée de travailler surtout en poésie, la codirection d’un ouvrage collectif fut une expérience des plus formatrices. «Les professeurs qui m’ont enseigné sont de grandes sources d’inspiration. J’ai énormément de respect pour ces auteurs. C’était une chance de pouvoir collaborer avec eux dans un projet professionnel, tout comme ce fut un immense plaisir de travailler avec Mattia.»

Lisez l'article complet de Mathieu Dessureault sur Ulaval nouvelles

Photo

Participer à de nouvelles percées scientifiques grâce au mécénat

16 février 2021

À l’image de la symbiose mycorhizienne qui a inspiré sa carrière et lui a valu une reconnaissance internationale, le professeur à la retraite J. André Fortin a toujours collaboré étroitement avec ses étudiantes et étudiants des cycles supérieurs. Aujourd’hui, il entretient ce lien privilégié et poursuit son œuvre grâce à ses fonds de bourses.

Un monde extraordinaire à découvrir, juste sous nos pieds

Les sous-bois de la région de Québec ont été un terrain fertile pour stimuler la curiosité du futur biologiste qui, très jeune, expérimentait avec son père Joseph-Louis, l’ensemencement des arbres. Plusieurs grands noyers, marronniers et chênes que l’on peut admirer sur les Plaines d’Abraham aujourd’hui sont peut-être le résultat de ces aventures automnales entre père et fils. Mais c’est à sa tante Suzanne qu’il doit ses premiers apprentissages sur les champignons. Dès l’âge de douze ans, il pouvait en identifier bon nombre ce qui l’amena, deux années plus tard, à devenir la plus jeune recrue du Cercle des mycologues amateurs de Québec, dont il sera le président en 2016. « Je suis profondément reconnaissant envers mon entourage familial qui m’a transmis cette curiosité et cette soif de comprendre la vie, confit-il. Il s’agit du plus beau cadeau que l’on puisse faire à nos enfants : leur donner l’amour de la nature et la capacité de s’émerveiller devant elle. »

Cet éveil à la vie terrestre est devenu une passion pour J. André Fortin qui en a fait son domaine d’études. En quelques années, il cumule les diplômes : baccalauréat en biologie de l’Université Laval (1962), maîtrise en botanique à l’Université du Wisconsin (1964), doctorat en biologie forestière de l’Université Laval (1966) et stage à l’Institut Pasteur de Paris en microbiologie du sol (1967). Une prolifique carrière de professeur-chercheur se dessine alors, au cœur de laquelle ses étudiantes et étudiants joueront un rôle important. Ses recherches l’amèneront aux quatre coins de la planète et à découvrir l’extraordinaire potentiel des mycorhizes.

Les mycorhizes et la révolution verte

« La vie sur Terre a commencé avec les mycorhizes, avance le chercheur. Leur rôle est fondamental, car ce sont elles qui organisent le bal. » Mais que font-elles au juste ? Le terme mycorhize (du grec myco, « champignon » et rhiza, « racine ») désigne la relation symbiotique entre les champignons de type mycorhiziens et les racines des plantes et des arbres, au bénéfice des deux parties. Il s’agit d’un mariage de 400 millions d’années qui explique l’évolution de la vie aquatique vers le continent. Une thèse qui, contrairement à la notion de compétition darwinienne, propose une dynamique collaborative.

J. André Fortin a saisi tout le pouvoir de cette symbiose lors de ses études de baccalauréat alors qu’il fréquentait la bibliothèque spécialisée en biologie de son département. « Je suis tombé presque par hasard sur un article de la microbiologiste Barbara Mosse publié dans la revue Nature et cela m’a allumé! » Cette lecture a en effet orienté le cours de sa carrière, puisqu’il en a fait ses sujets de maîtrise et de doctorat.

Les années qui suivirent furent riches en expériences et découvertes. Un des événements marquants fut celui de 1981 où il organisa, à l’Université Laval, la North American Conference of Mycorrhizae, regroupant 550 personnes provenant de 42 pays. Premier congrès d’envergure internationale dans ce domaine, il fera connaitre le potentiel incroyable de l’utilisation des mycorhizes en agriculture, en horticulture et en foresterie.

Notons aussi les résultats spectaculaires de ses travaux sur les rocailles de Manic V, qui ont donné naissance à une forêt de peupliers, trente ans après leur plantation en 1973. Ses recherches ont aussi conduit à « L’essor de la nouvelle révolution verte », telle qu’expliquée dans son ouvrage du même nom, publié en 2008 et réédité en 2016, vendu en 12 500 exemplaires papier, sans compter les achats numériques.

Ces techniques agricoles « vertes » font écho dans plusieurs pays en émergence et le professeur a eu l’occasion de le constater lors de ses nombreux séjours à l’étranger. « “Ce que vous faites est vital pour l’Inde et le deviendra pour l’humanité”, m’a affirmé le ministre de la science et de la technologie indien lors du Congrès international des mycorhizes, tenu à Delhi en 2015. Avec 1, 3 milliards de bouches à nourrir, l’utilisation des mycorhizes s’avère une solution très efficace pour eux. »

Plus près de chez nous, l’entreprise louperivoise Premier Tech a été pionnière dans la mise en marché des mycorhizes. La vente de ses produits destinés à l’horticulture et à l’agriculture connait une belle croissance et démontre, en plus de son efficacité, l’intérêt pour la population à adopter des solutions durables pour l’environnement.

Accompagner la relève

À l’instar de la relation symbiotique entre les champignons et les plantes, la collaboration de J. André Fortin avec ses étudiantes et étudiants des cycles supérieurs a été au cœur de sa carrière de professeur. Il se dit très fier de leurs réussites, comme celle de Salma Taktek, aujourd’hui ingénieure en biotechnologie, dont les travaux sur les mycorhizes lui ont valu, en 2014, le prix Découverte de l’année, décerné par le magazine Québec Sciences.

Cette fierté, le professeur l’exprime aussi par son soutien philanthropique à son alma mater qu’il cultive depuis 50 ans. « J’ai l’Université Laval tatouée sur le cœur », affirme-t-il avec conviction. En 2016, voulant poser un geste significatif qui pérennisera son œuvre, il crée un fonds de bourses destiné aux étudiants des 2e et 3e cycles de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique qui s’intéressent à l’écologie forestière et à la biologie des sols. En 2019, il en crée un deuxième, qui s’adresse cette fois aux étudiants du 3e cycle à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation et dont les recherches portent sur les mycorhizes.

« Ces nouveaux engagements sont à mes yeux une façon de poursuivre, à travers la relève, les recherches auxquelles je me suis consacré toute ma vie. De plus, j’éprouve tout autant sinon davantage de gratification à donner qu’à recevoir », confie le donateur. La Fondation de mycologie du Québec soutient d’ailleurs ces deux fonds, un autre exemple de belle synergie.

Père de cinq enfants, tous diplômés de l’Université Laval, et de plusieurs petits-enfants, il les sensibilise à la philanthropie et à l’univers de possibilités que procure la curiosité intellectuelle. Son rêve ? Que ses boursières et boursiers continuent de faire avancer les connaissances dans ses domaines de prédilection, qu’ils les fassent connaitre au public et au monde agricole, afin d’évoluer vers une gestion des ressources durable et collaborative.

Article par Catherine Gagné, Fondation de l'Université Laval

 
Photo

Construire en milieu urbain menace la survie des arbres. Comment faire mieux ?

05 février 2021

Les arbres en ville sont importants. Ils purifient l'air, réduisent les îlots de chaleur, aident à réguler le régime hydrique et procurent d’immenses bienfaits pour la santé. Or le développement effréné menace la survie de la forêt urbaine et de toute la gamme de services écosystémiques qu'elle nous rend.

L’ampleur de ces services est étroitement liée à l’importance de la canopée. La canopée peut se définir comme la surface couverte par la cime des arbres. On la caractérise généralement par un indice qui met en lien la surface couverte par les cimes et la surface totale d’un secteur.

Une étude récente suggère que le capital naturel du territoire de la Communauté métropolitaine de Québec et de la Table de concertation régionale pour la gestion intégrée du Saint-Laurent génère un total de plus de 1,1 milliard de dollars de bénéfices annuels.

Les services écosystémiques considérés incluent, entre autres, l’approvisionnement en eau, la réduction des inondations, l’amélioration de la qualité de l’air et la fixation du carbone. Dans ce contexte, plusieurs grandes villes se sont dotées d’objectifs ambitieux d’augmentation de canopée.

Article complet de Jean-Claude Ruel, professeur au Département des sciences du bois et de la forêt, The conversation

Photo

Un projet de la Faculté se voit mériter le prix Impact pour l'excellence en science de Ressources naturelles Canada

22 janvier 2021

En décembre dernier, lors d'une cérémonie tenue à distance d'Ottawa, l'équipe du projet FastTRAC de transfert technologique en génomique et amélioration des épinettes se voyait récompensée par le prix Impact pour l'excellence en science de Ressources Naturelles Canada. L'équipe financée par Génome Canada et Génome Québec est notamment composée de Jean Bousquet, leader académique du projet et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique forestière au Département des sciences du bois et de la forêt, Jean Beaulieu, professeur invité au DSBF, Nathalie Isabel et Patrick Lenz, professeur(e)s associé(e)s au DSBF et chercheurs au Centre de foresterie des Laurentides et au Centre canadien sur la fibre de bois, ainsi que plusieurs autres partenaires du Québec et des Maritimes dont le Ministère des forêts, de la faune et des parcs du Québec.

Pour en savoir plus sur FastTRAC et l'intégration des outils de diagnostic par la génomique dans les programmes d'amélioration des arbres pour leur productivité et leur résilience. 

 

Crédit photo de la plantation d'épinettes: Jean Beaulieu

Photo

Profession:forestier

18 janvier 2021

En 2015, alors que nous étions étudiants en foresterie, nous avions répondu dans ce Journal aux propos tenus par Richard Desjardins sur la formation des ingénieurs forestiers. Nous avons depuis cheminé dans des parcours variés: foresterie urbaine, enseignement, industrie et recherche.

Six ans plus tard, nous constatons que MM. Desjardins et Henri Jacob persistent à tenir un discours déconnecté de la réalité sur le parcours académique et sur la pratique des ingénieurs forestiers, en plus d’amalgamer à tort l’ensemble d’un corps professionnel avec une décision politique. À l’instar de nombreux Québécois, les deux auteurs semblent méconnaître cette profession. Cette méconnaissance peut s’expliquer en partie par la diversité des domaines d’activité dans lesquels œuvrent les ingénieurs forestiers.

En effet, les quatre années de formation théorique et pratique qui préparent les ingénieurs forestiers à exercer une gestion intégrée des ressources touchent à une multitude de disciplines complémentaires. Limiter l’interprétation de cette formation universitaire pluridisciplinaire à «l’étude de 5-6 arbres dits commerciaux» et à «modéliser [...] une dévastation mécanique [de la forêt]» reviendrait à dire d’un chirurgien qu’il est habile avec des ciseaux au terme de ses études. Plutôt réducteur.

C’est aux ingénieurs forestiers qu’incombe la lourde tâche d’administrer le patrimoine forestier si cher aux Québécois. Leur motivation première est de s’assurer que la forêt est toujours là et qu’elle continue de l’être. C’est pourquoi ils sont des acteurs essentiels aux mouvements de changement portés par la société civile à l’égard de la forêt. Loin d’être de vulgaires machines à compter des mètres cubes de bois, les ingénieurs forestiers sont présents dans toutes les sphères liées de près ou de loin à la forêt: gestion de la faune et des parcs nationaux, enseignement, recherche et développement, foresterie urbaine, pourvoiries, regroupements de propriétaires de forêts privées, protection contre les feux et les ravageurs, industrie forestière, etc. Ces professionnels travaillent collectivement à la mise en valeur d’une panoplie de ressources au bénéfice des communautés, de l’environnement et de l’économie, suivant ainsi les principes du développement durable.

Nous reconnaissons ouvertement que des aspects de la gestion des ressources forestières doivent être améliorés. En effet, il est impératif d'être au diapason de l’évolution des connaissances scientifiques, des attentes sociales et des réalités économiques pour que les forêts québécoises soient continuellement aménagées de façon durable. Pour ce faire, il serait souhaitable d’instaurer un cadre de pratique plus flexible leur permettant d’utiliser davantage leur créativité et leur jugement professionnel, tout en garantissant l’imputabilité totale de leurs décisions.

À travers les divers rôles et postes qu’occupent les ingénieurs forestiers au Québec et les divergences de valeurs et d’opinions qui les animent, une chose les unit assurément tous: leur amour incommensurable de la forêt.

Et considérant l’importance qu’occupe la forêt dans la lutte contre les changements climatiques, dans le cœur des Québécois et dans le développement durable de nombreuses communautés, aucun professionnel n’acceptera sa «dévastation».

Simon Boivin-Dompierre, ing.f. M.Sc.
Mathieu Bouchard, ing.f. M.Sc.
Marie-Hélène Sauvé, ing.f.
Pierre-Yves Tremblay, M.Sc.

Lettre ouverte parue dans Le Journal de Québec

Photo

Lettre ouverte de nos étudiants à Richard Desjardins

18 janvier 2021

Ce n’est pas la première fois que des membres de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval, comme professionnels et scientifiques, réagissent à l’un de ses textes qui peuvent sembler crédibles, mais qui induisent la population en erreur. Il est essentiel de recadrer certains éléments abordés.

D’entrée de jeu, vous serez probablement surpris de savoir qu’à titre d’ingénieur(e)s forestier(e)s, nous sommes formé(e)s à utiliser notre esprit critique. De nombreux cours qui portent sur l’écologie forestière et l’aménagement durable et intégré des forêts préparent les étudiant(e)s à développer une connaissance globale des écosystèmes, et ce, autant sur les plans environnementaux que sociaux. Les attaques de M. Desjardins, puisqu’il en est ainsi, soulèvent des enjeux de nature politique. Pourtant, ses interventions dénigrent l’ensemble de la profession alors que, pour certains d’entre nous, M. Desjardins a été une source de motivation pour instaurer des changements dans le milieu forestier. 

Lisez le texte complet "Réaction aux textes de Richard Desjardins" par Anne Bernard, Samuel Jalbert et Olivier Villemaire-Côté

Photo

Yves Brousseau nommé vice-doyen aux études

12 janvier 2021

M. Yves Brousseau, professeur agrégé au Département de géographie vient d’être nommé vice-doyen aux études à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. Il s’est occupé de la direction des programmes d’études de 1er cycle en géographie pendant de nombreuses années. M. Brousseau est spécialisé en cartographie et systèmes d'information géographique et enseigne dans plusieurs cours liés à ce domaine. Il a, également, participé à la réalisation de l’atlas « Le Québec d’une carte à l’autre » et à celui sur la vulnérabilité de la population québécoise aux aléas climatiques. Comme vice-doyen aux études, il se joint à l’équipe déjà en place de Mme Nancy Gélinas, doyenne et Mme Jacynthe Pouliot, vice-doyenne à la recherche.