Actualités

Photo

Nouvelle bourse d'admission MAIBEC de 25000$

26 février 2020

Une nouvelle bourse d'admission à la maîtrise en génie du bois et des matériaux biosourcés avec mémoire est maintenant disponible. D'un montant de 25 000$, cette bourse a pour objectif de recruter des étudiants prometteurs en vue de former du personnel hautement qualifié et soutenir la recherche dans la deuxième transformation du bois.

Pour plus d'information et pour soumettre votre candidature, veuillez consulter la fiche officielle de la Bourse Maibec.

Date limite de dépôt des candidatures: 31 mars 2020.

Photo

À l’heure de la foresterie sociale

14 février 2020

Selon une étude menée par le professeur Étienne Berthold, les usagers de la forêt peuvent juger de façon favorable la coupe totale dans un paysage forestier.

Début mars, durant la semaine de lecture, une vingtaine d’adeptes du ski de fond se prêteront à une expérience inusitée à la Forêt Montmorency. Sous la supervision du professeur Étienne Berthold, du Département de géographie, ils s’adonneront à leur sport équipés d’une minicaméra fixée sur leur tête et d’un micro placé près de leur bouche. Ils seront également munis d’un GPS qui permettra au chercheur de connaître le parcours exact qu’ils auront effectué.

Lisez l'article complet paru sur ULaval nouvelles par Yvon Larose

Photo

Participez au sommet international pour le climat à l'Université Laval!

03 février 2020

L’Université Laval sera l’hôte de la première édition de UniC2020-Sommet international étudiant pour le climat, du 6 au 9 juillet 2020. Cet événement accueillera 300 étudiants universitaires et jeunes diplômés provenant des 4 coins du monde. Il représente une opportunité de partager leur vision et leurs accomplissements en lien avec les changements climatiques. Pour participer au Sommet international étudiant pour le climat UniC2020 et trouver des solutions aux défis climatiques, vous pouvez poser votre candidature avant le 12 février. https://unic2020.ulaval.ca/fr/candidature/appel-de-candidatures/

Une des co-présidentes de cet événement est Anne Bernard, étudiante au doctorat en sciences forestières à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. 

 

Photo

Contribution exceptionnelle de la famille Tardif à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

23 janvier 2020

La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG) de l’Université Laval tient à souligner l’engagement et la contribution de Gilbert Tardif au développement du génie forestier à l’Université Laval, et ce, tout au long de sa carrière. Lors d’une cérémonie haute en émotions, mardi soir dernier, la direction de l’Université Laval en a profité pour annoncer que la salle Kruger du pavillon Gene-H.–Kruger se nommera dorénavant la salle Gilbert-Tardif.

La salle Gilbert-Tardif est emblématique pour la FFGG. Entièrement construite en bois, elle fait la fierté de la Faculté et de l’Université Laval. Cette dénomination est remplie de sens. Gilbert Tardif, diplômé en génie forestier, fut de la première cohorte d’étudiants à fréquenter le nouveau pavillon Abitibi-Price. Il est reconnu comme un homme visionnaire et innovateur qui a incité le Québec à imaginer des marchés autres que ceux des pâtes et papiers et de la production de bois de construction. « C’est un honneur et une grande fierté d’avoir la salle Gilbert-Tardif maintenant désignée au pavillon Gene-H.-Kruger. C’est extrêmement significatif pour notre communauté », a expliqué le doyen de la FFGG, Guy Mercier.

Pour le vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes et vice-recteur exécutif, Robert Beauregard, lui aussi diplômé en sciences du bois et ancien doyen de la FFGG, cet hommage revêt un caractère particulier. « L’apport de Gilbert Tardif, autant à la recherche qu’à l’enseignement, est unique. Il a contribué à ce que la formation d’une relève hautement qualifiée dans le domaine du bois soit possible et à ce que le développement des connaissances à l’Université Laval se renouvelle sans cesse. Gilbert Tardif comprend bien la mission que l’Université a dans notre société et n’a jamais hésité à l’aider à l’accomplir », s’est réjoui M. Beauregard.

L’attachement de la famille Tardif à l’Université Laval a maintes fois été souligné lors de la soirée de reconnaissance. « Depuis son passage sur les bancs de l’Université Laval, Gilbert Tardif ne l’a jamais vraiment quittée, a fait remarquer la rectrice de l’Université, Sophie D’Amours. Il a d’ailleurs participé au comité de création du baccalauréat en génie du bois et Maibec a été la première entreprise à accueillir des stagiaires de ce programme ! »

La famille Tardif – Gilbert Tardif, génie forestier (1952), François Tardif, génie forestier (1980), Charles Tardif, génie forestier (1982) et Madeleine Tardif, administration des affaires (1987) –, par son généreux geste philanthropique, inscrit le plus grand don privé de l’histoire de la FFGG.

Ce don familial d’un million de dollars permettra, entre autres, la création d’une bourse de prestige de 25 000 $ par année, destinée à recruter des étudiants de 2e cycle en génie du bois en vue de former une relève hautement qualifiée et de soutenir la recherche dans le domaine de la deuxième transformation du bois. Un fonds de soutien pour la formation et la recherche en génie du bois sera également créé. 

À propos de l’Université Laval

Animée par un esprit d’innovation et la recherche de l’excellence, l’Université Laval fait partie des principales universités de recherche au Canada, se classant au 7e rang avec des fonds de 403,8 M$ alloués à la recherche l’an dernier. Leader en formation à distance, elle compte plus de 1 600 professeurs, près de 2 200 chargés de cours et autres membres du personnel enseignant et de recherche qui partagent leur savoir avec plus de 43 000 étudiants, dont 25 % sont inscrits aux cycles supérieurs. L’Université valorise la diversité et est fière des membres de sa communauté, qui proviennent de 120 pays. Plus ancienne université francophone d’Amérique du Nord, l’Université Laval a formé à ce jour plus de 312 000 personnes qui participent, chacune à leur façon, au progrès des sociétés. www.ulaval.ca

-30-

Consultez la galerie photo de la cérémonie
Crédit photos: Francis Bouchard

Lien connexe : Son alma mater tatouée sur le cœur

Source :

Simon La Terreur
Relations médias
Direction des communications
Université Laval
T. : 418 656-2131 poste 404159
C. : 418 803-8814
simon.laterreur@dc.ulaval.ca

 

Photo

Réflexion sur la forêt seigneuriale Joly de Lotbinière par nos étudiants en environnement

21 janvier 2020

Un groupe d’étudiants en dernière année au baccalauréat intégré en Environnements naturels et aménagés de l’Université Laval s’est penché sur l’avenir de la Forêt seigneuriale Joly de Lotbinière et la mise en place d’un parc régional. Ils sont venus présenter les conclusions de leurs recherches le 17 décembre, à Leclercville, devant des élus et des citoyens de la région.

Les étudiants ont axé leur réflexion sur six grands défis, dont le principal est la création d’un parc régional. «Nous ferons des propositions aux autorités régionales. Entre autres, une façon de créer le parc régional, ce serait de donner un mandat à la MRC de mettre en valeur, en termes récréatifs, cette forêt», a expliqué Louis Bélanger, professeur en environnement à l’Université Laval. Ce dernier estime d’ailleurs que le projet pourrait débuter dans les prochains mois.

Lire l'article complet paru dans Le Peuple Lotbinière par Mélanie Labrecque

Photo

Des toits végétalisés sur des bâtiments en bois

10 janvier 2020

Réduction de l’effet d’îlot de chaleur urbain, rétention des eaux pluviales, rehaussement de l’efficacité énergétique des bâtiments… Les bénéfices des toitures végétalisées par rapport à un toit conventionnel ne sont plus à démontrer. Bien qu’en croissance continue, l’intégration de tels systèmes se heurte toutefois encore à certaines restrictions, au premier chef sur le plan de la sécurité incendie. Et d’autant plus sur des bâtiments pourvus d’une structure en bois.

Si les toitures végétalisées riment déjà avec résistance au feu dans certains pays, elles trouvent encore un écho différent en sol québécois. C’est donc pour mettre en lumière leurs véritables impacts en matière de sécurité incendie que Nataliia Gerzhova a approfondi le sujet dans le cadre de ses travaux de doctorat à la Chaire industrielle de recherche sur la construction écoresponsable en bois (CIRCERB) de l’Université Laval.

Pour lire l'article complet sur voirvert.ca: http://voirvert.ca/nouvelles/innovation/toits-vegetalises-sur-batiments-bois