Photo

Participer à de nouvelles percées scientifiques grâce au mécénat

16 février 2021

À l’image de la symbiose mycorhizienne qui a inspiré sa carrière et lui a valu une reconnaissance internationale, le professeur à la retraite J. André Fortin a toujours collaboré étroitement avec ses étudiantes et étudiants des cycles supérieurs. Aujourd’hui, il entretient ce lien privilégié et poursuit son œuvre grâce à ses fonds de bourses.

Un monde extraordinaire à découvrir, juste sous nos pieds

Les sous-bois de la région de Québec ont été un terrain fertile pour stimuler la curiosité du futur biologiste qui, très jeune, expérimentait avec son père Joseph-Louis, l’ensemencement des arbres. Plusieurs grands noyers, marronniers et chênes que l’on peut admirer sur les Plaines d’Abraham aujourd’hui sont peut-être le résultat de ces aventures automnales entre père et fils. Mais c’est à sa tante Suzanne qu’il doit ses premiers apprentissages sur les champignons. Dès l’âge de douze ans, il pouvait en identifier bon nombre ce qui l’amena, deux années plus tard, à devenir la plus jeune recrue du Cercle des mycologues amateurs de Québec, dont il sera le président en 2016. « Je suis profondément reconnaissant envers mon entourage familial qui m’a transmis cette curiosité et cette soif de comprendre la vie, confit-il. Il s’agit du plus beau cadeau que l’on puisse faire à nos enfants : leur donner l’amour de la nature et la capacité de s’émerveiller devant elle. »

Cet éveil à la vie terrestre est devenu une passion pour J. André Fortin qui en a fait son domaine d’études. En quelques années, il cumule les diplômes : baccalauréat en biologie de l’Université Laval (1962), maîtrise en botanique à l’Université du Wisconsin (1964), doctorat en biologie forestière de l’Université Laval (1966) et stage à l’Institut Pasteur de Paris en microbiologie du sol (1967). Une prolifique carrière de professeur-chercheur se dessine alors, au cœur de laquelle ses étudiantes et étudiants joueront un rôle important. Ses recherches l’amèneront aux quatre coins de la planète et à découvrir l’extraordinaire potentiel des mycorhizes.

Les mycorhizes et la révolution verte

« La vie sur Terre a commencé avec les mycorhizes, avance le chercheur. Leur rôle est fondamental, car ce sont elles qui organisent le bal. » Mais que font-elles au juste ? Le terme mycorhize (du grec myco, « champignon » et rhiza, « racine ») désigne la relation symbiotique entre les champignons de type mycorhiziens et les racines des plantes et des arbres, au bénéfice des deux parties. Il s’agit d’un mariage de 400 millions d’années qui explique l’évolution de la vie aquatique vers le continent. Une thèse qui, contrairement à la notion de compétition darwinienne, propose une dynamique collaborative.

J. André Fortin a saisi tout le pouvoir de cette symbiose lors de ses études de baccalauréat alors qu’il fréquentait la bibliothèque spécialisée en biologie de son département. « Je suis tombé presque par hasard sur un article de la microbiologiste Barbara Mosse publié dans la revue Nature et cela m’a allumé! » Cette lecture a en effet orienté le cours de sa carrière, puisqu’il en a fait ses sujets de maîtrise et de doctorat.

Les années qui suivirent furent riches en expériences et découvertes. Un des événements marquants fut celui de 1981 où il organisa, à l’Université Laval, la North American Conference of Mycorrhizae, regroupant 550 personnes provenant de 42 pays. Premier congrès d’envergure internationale dans ce domaine, il fera connaitre le potentiel incroyable de l’utilisation des mycorhizes en agriculture, en horticulture et en foresterie.

Notons aussi les résultats spectaculaires de ses travaux sur les rocailles de Manic V, qui ont donné naissance à une forêt de peupliers, trente ans après leur plantation en 1973. Ses recherches ont aussi conduit à « L’essor de la nouvelle révolution verte », telle qu’expliquée dans son ouvrage du même nom, publié en 2008 et réédité en 2016, vendu en 12 500 exemplaires papier, sans compter les achats numériques.

Ces techniques agricoles « vertes » font écho dans plusieurs pays en émergence et le professeur a eu l’occasion de le constater lors de ses nombreux séjours à l’étranger. « “Ce que vous faites est vital pour l’Inde et le deviendra pour l’humanité”, m’a affirmé le ministre de la science et de la technologie indien lors du Congrès international des mycorhizes, tenu à Delhi en 2015. Avec 1, 3 milliards de bouches à nourrir, l’utilisation des mycorhizes s’avère une solution très efficace pour eux. »

Plus près de chez nous, l’entreprise louperivoise Premier Tech a été pionnière dans la mise en marché des mycorhizes. La vente de ses produits destinés à l’horticulture et à l’agriculture connait une belle croissance et démontre, en plus de son efficacité, l’intérêt pour la population à adopter des solutions durables pour l’environnement.

Accompagner la relève

À l’instar de la relation symbiotique entre les champignons et les plantes, la collaboration de J. André Fortin avec ses étudiantes et étudiants des cycles supérieurs a été au cœur de sa carrière de professeur. Il se dit très fier de leurs réussites, comme celle de Salma Taktek, aujourd’hui ingénieure en biotechnologie, dont les travaux sur les mycorhizes lui ont valu, en 2014, le prix Découverte de l’année, décerné par le magazine Québec Sciences.

Cette fierté, le professeur l’exprime aussi par son soutien philanthropique à son alma mater qu’il cultive depuis 50 ans. « J’ai l’Université Laval tatouée sur le cœur », affirme-t-il avec conviction. En 2016, voulant poser un geste significatif qui pérennisera son œuvre, il crée un fonds de bourses destiné aux étudiants des 2e et 3e cycles de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique qui s’intéressent à l’écologie forestière et à la biologie des sols. En 2019, il en crée un deuxième, qui s’adresse cette fois aux étudiants du 3e cycle à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation et dont les recherches portent sur les mycorhizes.

« Ces nouveaux engagements sont à mes yeux une façon de poursuivre, à travers la relève, les recherches auxquelles je me suis consacré toute ma vie. De plus, j’éprouve tout autant sinon davantage de gratification à donner qu’à recevoir », confie le donateur. La Fondation de mycologie du Québec soutient d’ailleurs ces deux fonds, un autre exemple de belle synergie.

Père de cinq enfants, tous diplômés de l’Université Laval, et de plusieurs petits-enfants, il les sensibilise à la philanthropie et à l’univers de possibilités que procure la curiosité intellectuelle. Son rêve ? Que ses boursières et boursiers continuent de faire avancer les connaissances dans ses domaines de prédilection, qu’ils les fassent connaitre au public et au monde agricole, afin d’évoluer vers une gestion des ressources durable et collaborative.

Article par Catherine Gagné, Fondation de l'Université Laval

 
Photo
Retourner à la liste d'actualités