Photo

Des défis dans la gestion de la faune

06 mai 2021

L’humain et ses actions ont causé des bouleversements importants dans les populations animales sauvages. Ce sont ces thèmes qui ont été abordé le 3 mai dernier lors de l'ACFAS dans le cadre du colloque Les défis de gestion de la faune à l’ère de l’Anthropocène

Professeur associé au Département des sciences du bois et de la forêt de l’Université Laval, Marcel Darveau a dressé un tableau de la sauvagine nord-américaine. La sauvagine comprend différentes espèces de gibier aquatique : canard, oie, bernache, cygne, grue du Canada ; on en recenserait une cinquantaine d’espèces au Québec, et soixante-dix au Canada.

Ce sont d’abord les chasseurs qui ont constaté la baisse de certaines populations. « Beaucoup de drainages se sont faits pour transformer les terres humides en terres agricoles au siècle dernier. Les agriculteurs ont voulu chasser à l’automne et ont vu qu’il n’y avait plus de canards, alors il y a eu des initiatives citoyennes, qui ont débouché sur des ententes internationales », résume M. Darveau. En 1986 fut implantée la première convention internationale pour contrôler la récolte excessive. Unique au monde, le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine est signé par le Canada, les États-Unis et le Mexique. Grâce à celui-ci, plusieurs initiatives ont été mises sur pied : inventaire et cartographie de canards, suivi des récoltes, programme éducatif, etc.

Préserver les habitats

« Les gens avaient une vision utilitariste. Au fil des ans sont arrivées des préoccupations de conservation et de diversité biologique », expose M. Darveau. À la gestion des quotas et des saisons de chasse s’est donc ajoutée la préservation des habitats sauvages, en particulier les milieux humides, une des retombées majeures de ce plan. La préservation des habitats aide à son tour d’autres espèces, tant animales que végétales. Les efforts faits pour préserver certains habitats ont même fortement favorisé certaines espèces (on pourrait même dire qu’elles sont surabondantes du point de vue de la préservation de la biodiversité), comme les oies ou le canard colvert.

D’autres habitats ne sont pas aussi bien protégés. « La dégradation peut être subtile », précise M. Darveau. Si les yeux sont tournés vers la préservation des milieux humides, on remarque pendant ce temps que les rives du Saint-Laurent sont de plus en plus enrochées. « Les changements globaux comme les changements climatiques s’ajoutent à cela, et il reste difficile de prédire leur ampleur et leur effet », poursuit-il.

Lire l'article complet paru dans Le Devoir par Catherine Couturier

Photo
Retourner à la liste d'actualités