Photo

L'urbanisation, un moteur d'évolution pour le trèfle blanc

17 mars 2022

Une étude qui paraît aujourd'hui dans la revue Science montre que les pressions sélectives exercées par l'urbanisation sont en voie de façonner la génétique des populations de trèfle blanc à l'échelle mondiale. Cette démonstration résulte d'une méga-étude, réalisée dans le cadre du Global Urban Evolution Project, qui a exigé la participation de 287 scientifiques des quatre coins du monde, dont Gwylim Blackburn, Anthony Piot et Ilga Porth de l'Université Laval.

Ces chercheurs ont concerté leurs efforts pour échantillonner 110 000 trèfles appartenant à quelque 6100 populations réparties dans 160 villes de 26 pays. Dans chacun de ces sites, les chercheurs ont récolté des trèfles le long d'un gradient d'urbanisation allant du centre-ville jusqu'à la campagne environnante.

Ils ont ensuite mesuré la concentration de cyanure d'hydrogène dans les tissus des trèfles. «Il s'agit d'un composé produit par le trèfle pour se protéger des herbivores. Sa synthèse est contrôlée par deux gènes et il existe une variabilité de ce caractère dans les populations de trèfle. La sélection naturelle peut donc opérer sur ce caractère», explique Ilga Porth, professeure au Département des sciences du bois et de la forêt et chercheuse au Centre d'étude de la forêt et à l'Institut de biologie intégrative et des systèmes.

Les analyses ont montré que dans 47% des villes étudiées, il existe un gradient ville-campagne pour la production de cyanure d'hydrogène chez le trèfle. «La proportion de trèfles qui produisent ce composé est moins élevée en milieu urbain que dans les zones rurales, probablement parce qu'il y a moins de pressions sélectives exercées par les herbivores. En ville, ce sont les stress thermiques et hydriques qui exercent les plus grandes pressions sélectives», avance la chercheuse.

« Si l'adaptation au milieu urbain se généralise, cela pourrait avoir d'importantes répercussions sur les populations et sur les écosystèmes. »

— Ilga Porth

L'urbanisation transforme les habitats naturels et ruraux en écosystèmes où la biodiversité est mise à l'épreuve comme jamais auparavant, poursuit la chercheuse. «Si l'adaptation au milieu urbain se généralise, cela pourrait avoir d'importantes répercussions sur les populations et sur les écosystèmes.»

Pour les scientifiques du Global Urban Evolution Project, cette publication n'est qu'un début, souligne la professeure Porth. «Les efforts concertés des dizaines d'équipes impliquées dans le projet à travers le monde a créé un jeu de données énorme qui sera étudié durant plusieurs années encore.»

Source: L'urbanisation, un moteur d'évolution pour le trèfle blanc, Ulaval nouvelles, Jean Hamman

Photo: SUPPORTSTORM

Photo
Retourner à la liste d'actualités