Soutenance de Mme Marine Duperat

27 mai 2021 9 h à 12 h

Lieu : À distance, sur invitation seulement

Titre : Effet de l'hétérogénéité du peuplement sur les charges imposées par le vent

Depuis une vingtaine d’années, la gestion forestière tend à augmenter l'utilisation de coupes partielles dans les peuplements régénérés naturellement, laissant les arbres résiduels sujets à un risque accru de dommages éoliens durant leurs premières années d’acclimatation. Largement répandu au Québec, le sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill.) est une essence connue pour être particulièrement vulnérable aux dommages éoliens. Afin de mitiger les pertes dans les sapinières naturellement régénérées, il est important de comprendre comment réagissent les sapins baumiers face aux charges de vent, et de trouver des paramètres sylvicoles spécifiques à intégrer dans les modèles de gestion des risques de chablis. Ceci permettrait d’aider les gestionnaires à mitiger les risques lors du choix de prescription sylvicole. Le principal objectif de cette thèse était d’étudier les charges de vents interceptées par un échantillon de sapin baumier en conditions estivales, hivernales et à la suite d’un retrait des compétiteurs proches.

Pour réaliser cet objectif, un réseau de capteurs et d'acquisiteurs de données a été mis en place dans une sapinière à bouleau blanc de la Forêt Montmorency (Forêt expérimentale de l’Université Laval) pour avoir une prise de données continue durant trois saisons : l’été 2018, l’hiver 2019, et l’été 2019 à la suite d’une coupe partielle. Une tour aluminium équipée de deux anémomètres placés à hauteur et mi-hauteur de la canopée et de sondes de températures (air et sol) a été installée en bordure de peuplement pour suivre en continu les événements météorologiques. En parallèle, des jauges de contrainte fixées aux troncs de sapins baumiers ont permis de mesurer les moments de flexion induits par le vent sur un échantillon d'arbres. Durant l'hiver, un suivi continu de la quantité de neige sur les houppiers a été réalisé à l'aide d’une caméra de chasse pour évaluer l'effet additionnel de la neige sur la charge de vent. Au début de l’été 2019, une éclaircie localisée a été réalisée pour retirer l’ensemble des compétiteurs dans un rayon de 3.5m autour de 2/3 des arbres étudiés.

Les principaux résultats de cette thèse démontrent (1) l’importance de l’utilisation d’indices de compétition, notamment CBAL, dans la modélisation des risques de chablis en peuplement hétérogène ; (2) l’impact global de l’hiver sur l’augmentation des moments de force appliqués sur les troncs et cela indépendamment de l’épaisseur de neige sur les houppiers ; et (3) l’effet local mais en même temps global d’une coupe partielle sur l’augmentation des moments de forces appliqués sur les arbres d’un peuplement, les arbres les moins compétitifs étant les plus affectés.

Informations supplémentaires :

Membres du jury

Président

M. André Desrochers
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

Examinateurs

M. Jean-Claude Ruel
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

M. Barry Gardiner
Institut européen de la forêt cultivée

Mme Alexia Stokes
INRA

M. Alain Cloutier
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

M. Thiéry Constant
INRAE

Retourner à la liste d'événements