Événements

Photo

SOIRÉE-CONFÉRENCE: Conservation volontaire à l'île d'Orléans et aménagements fauniques

08 mars 2018 19 h -20 h 30

Lieu : Mairie de Sainte-Pétronille sur l'Île d'orléan

L’Association forestière des deux rives (AF2R) vous invite à une soirée-conférence gratuite présentant le bilan des diverses actions menées dans le cadre de son projet de conservation volontaire des milieux naturels d’intérêt de la MRC de L’Île-d’Orléans. 

Les différentes étapes du projet et un portrait des milieux naturels et des espèces fauniques et floristiques d’intérêt recensées lors des inventaires seront présentés.

En deuxième partie de rencontre, une conférence sera animée par Christian Bigué, enseignant du programme Techniques de bioécologie au Cégep de Sainte-Foy. Ce sera l’occasion de découvrir les différents aménagements fauniques possibles de réaliser chez soi et les sources de financement existantes associées.

FORMULAIRE D'INSCRIPTION >

À  la Mairie de Sainte-Pétronille (voir carte)

Informations supplémentaires :

Responsable de l'activité:
Marie-Maude Rondeau
Agente en conservation et en éducation
Association forestière des deux rives
environnement@af2r.org
(418) 522-0006 poste 3027
 
Pour plus d'information sur le projet de conservation volontaire >

Ce projet a été rendu possible grâce à une contribution du Programme Interactions communautaires, lié au Plan d’action Saint-Laurent 2011-2026, et mis en œuvre par les gouvernements du Canada et du Québec. 

Notons aussi l’appui de plusieurs intervenants de la région tout au long du projet. 

Photo

Séminaire: Sciences sociales et sciences forestières : regards croisés sur la forêt

16 mars 2018

Lieu : À la Forêt Montmorency

Une journée entière consacrée à l’étude de la place qu’occupent les sciences sociales et humaines en sciences forestières. Une formule unique favorisant les échanges entre professeurs-chercheurs et étudiants de la relève sur une base interdisciplinaire! Un moment de réflexion sur l’interdisciplinarité et sur l’intersectorialité.

À la Forêt Montmorency, vendredi 16 mars 2018
Transport aller-retour au départ du pavillon ABP et dîner sur place

Inscription gratuite mais obligatoire (les places sont limitées) auprès de : etienne.berthold@ggr.ulaval.ca

Avec la participation, du côté des professeurs-chercheurs, de :

  • Luc Bouthillier (U. Laval, SBF)
  • Louis Bélanger (U. Laval, SBF)
  • Jean-Michel Beaudoin (U. Laval, SBF)
  • Nancy Gélinas (U. Laval, SBF)
  • Isabelle Paré (U. Laval, Information et communication)
  • Pascale Marcotte (U. Laval, géographie)
  • Etienne Berthold (U. Laval, géographie)
  • Solange Nadeau (RnC- CFL)
  • Maude Flamand-Hubert (UQTR-UQAR)

Et, du côté des étudiants de la relève, de :

  • François Morin, Ph. D (chercheur postdoctoral, UdeM)
  • Anne Bernard (étudiante au doctorat en sciences forestières, U. Laval)
  • Arielle Frenette (étudiante à la maîtrise en géographie, U. Laval)
  • Julie Nadeau (étudiante à la maîtrise en géographie, U. Laval)
  • Kathrine Kroft-Pelletier (étudiante à la maîtrise en admin., U. Laval)
  • Helin Dura (étudiante à la maîtrise en sciences forestière, U. Laval)
  • Étienne Kachaka (étudiant au doctorat, U. Laval)
  • Andréanne Lavoie (étudiante au doctorat en agroforesterie, U. Laval)
  • Geneviève Laroche (étudiante au doctorat en agroforesterie, U. Laval)
  • Denis Blouin (étudiant au doctorat en sciences forestières, U. Laval)
  • Vincent Chamberland (professionnel de recherche, SBF, U. Laval)

Informations supplémentaires :

Comité organisateur : Étienne Berthold, Nancy Gélinas, Anne Bernard, Vincent Chamberland

Salon de la forêt

17 mars 2018 9 h au 18 mars 2018 16 h

Lieu : Pavillon Desjardins Université Laval

Le thème de cette année, « Notre forêt, à l’origine de mille et une possibilités », laisse une place créatrice au Salon, mettant l’accent sur la grande diversité de nos ressources forestières. En cette 39e édition, c’est la mise en place d’idées et d’innovation reliées à la forêt pour faire face aux défis de demain comme la pénurie de forestiers, la valorisation des métiers du bois, l’aménagement intégré, les produits forestiers non ligneux et bien d’autres.

Une façon de souligner l’importance de la forêt, non seulement au niveau économique, mais aussi au niveau social en misant sur cette ressource pour la mettre au cœur d’un développement qui serait plus durable. La fin de semaine du Salon de la forêt va permettre de réunir tous les gens qui travaillent de proche ou de loin avec la forêt, que ce soit au niveau de la cueillette de champignons forestiers, du plein air, des produits du bois, de l’aménagement forestier, de l’artisanat, etc. 

Informations supplémentaires :

Tous les détails sur le Salon de la forêt

Soutenance de thèse de M. Thibaud Geoffroy

19 mars 2018 9 h-12 h

Lieu : Pavillon Gene.-H.-Kruger, Salle 2320-2330

Titre : Valorisation de l’écorce d’érable rouge et d’érable à sucre : Optimisation de la production d’extraits à l’eau chaude et caractérisation de leur potentiel antioxydant

RÉSUMÉ

Résidu généré en fortes quantités par l’industrie forestière, l’écorce est principalement valorisée par combustion pour la production d’énergie. Pourtant, des projets de bioraffineries s’attaquent à de nouvelles voies de valorisation telle que l’extraction. L’écorce pouvant contenir des molécules extractibles bioactives en quantité, les industries agro-alimentaire, cosmétique et pharmaceutique s’intéressent de près à de telles initiatives. De tels extractibles à fort potentiel thérapeutique ont été isolés au sein de l’écorce des deux essences d’érables Acer rubrum L. (érable rouge) et Acer saccharum Marsh. (érable à sucre). Ils sont susceptibles d’être extraits à l’eau, un solvant vert apprécié pour des applications finales ciblant la santé humaine.

La thèse présentée s’intéresse donc à la valorisation de l’écorce d’érable rouge et d’érable à sucre par récupération et caractérisation d’extractibles hydrosolubles antioxydants. Le premier axe de la recherche a été centré sur l’optimisation du procédé d’extraction à l’eau chaude, en termes de rendement, composition chimique, capacité antioxydante et consommation énergétique. Partant des résultats obtenus, des traitements post-extraction ont été investigués à l’échelle laboratoire pilote pour optimiser la production d’extraits secs des deux essences. Un autre volet basé sur la technique d’ultrafiltration a permis d’explorer des classes de composés peu étudiées chez les érables (tannins, oligo/ polysaccharides). Enfin, le potentiel antioxydant de gallotannins de faibles masses moléculaires provenant de l’extrait d’écorce d’érable rouge a été investigué par une méthode de criblage antioxydant (DPPH–HPLC).

Au final, cette thèse propose un défrichage des principales problématiques intrinsèques à la production d’extraits pour des applications alimentaires, cosmétiques ou pharmacologiques. Si la connaissance des composés présents dans l’écorce d’érable a été améliorée, de nombreuses étapes restent nécessaires à la création d’une filière de bioraffinerie pérenne. Pour aller dans ce sens, les recherches futures devraient envisager, entre autres, des tests de toxicité et d’activités in vivo, ainsi que l’étude de l’intégration des extraits dans des matrices alimentaires.

Informations supplémentaires :

Membres du jury

Président

M. Alain Cloutier
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

Examinateurs

Mme Tatjana Stevanovic
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

M. Yves Fortin
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

Mme  Cristina Ratti
Université Laval, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation

M. Paul Angers
Université Laval, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation

Mme Béatrice George
LERMAB, Faculté des sciences et technologies, Université de Lorraine, France

Soutenance de thèse de M. Naamwin-So-Bâwfu Romaric Meda

23 mars 2018 9 h-12 h

Lieu : Pavillon Louis-Jacques-Casault, salle 3632

TitrePotentiel de valorisation d’extraits bioactifs issus de bourgeons d’érable à sucre et d’érable rouge

Résumé

Des extraits réalisés à partir d’écorces de troncs retrouvées dans les résidus provenant de l’activité de l’industrie forestière ont été présentés comme une opportunité de valorisation des produits forestiers non ligneux destinés aux domaines de plus forte valeur ajoutée. Pourtant, les branches des arbres éliminées durant les campagnes d’élagage et/ ou éclaircissement de peuplements forestiers portent d’autres tissus végétaux, notamment des bourgeons, dont la composition chimique et les propriétés biologiques peuvent s’avérer distinctes de celles des écorces.

L’érable à sucre et l’érable rouge sont les espèces d’importance économique majeure pour l’industrie forestière canadienne. Leurs bourgeons que l’on retrouve dans les résidus de l’industrie forestière pourraient également être utilisés dans la production d’ingrédients actifs pour les secteurs de l’agroalimentaire, des produits cosmétiques et même de la santé (médicaments, phyto-médicaments, nutraceutiques). Du fait de la quasi inexistence de données dans la littérature scientifique, notre étude a consisté essentiellement à acquérir des connaissances sur la composition chimique de cette matière végétale et à évaluer les propriétés biologiques in vitro d’extraits et / ou de molécules issues de bourgeons d’érables.

Les rendements en extraits secs, la nature et la teneur en différentes classes de constituants,  associés aux résultats des tests antioxydants, ont révélé que l’extrait à l’eau chaude de bourgeons d’érable rouge présentait un réel potentiel de valorisation comme antioxydant naturel. L’identification des composés phénoliques contenus dans cet extrait et leur quantification ont permis de révéler une forte présence de gallo-tannins, mais également d’hétérosides de quercétine et de cyanidine qui ont été décrits pour la première fois dans cette espèce. L’exploration des effets de cet extrait sur les neutrophiles humains comme première approche, a démontré la non-toxicité ainsi que l’absence de modification significative de leur viabilité jusqu'à la concentration de 100 μg/mL. Cependant pour des plus fortes concentrations, l’extrait a montré une capacité à accélérer la mort programmée de neutrophiles, cellules majeures de l’inflammation. Les résultats obtenus indiquent que cette activité serait due à des gallo-tannins spécifiques de certains érables. Cette propriété biologique de ces molécules, mise en évidence pour la première fois, ouvre le champ à de nombreuses voies de valorisation, notamment dans la résolution du processus inflammatoire où la survie des neutrophiles est incontestablement liée au développement de certaines pathologies chroniques.

Informations supplémentaires :

Membres du jury

Président

M. Alain Cloutier
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

Examinateurs

Mme Tatjana Stevanovic
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

M. Patrice E. Poubelle
Université Laval, Faculté de médecine

M. Yves Fortin
Université Laval, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

Mme Cristina Ratti
Université Laval, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation

M. Touridomon Issa Somé
Univerisité Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, Faculté de pharmacie (Burkina Faso)