Événements

Photo

Soutenance de thèse d'Imen Elloumi

03 octobre 2022 13 h 30

Lieu : Pavillon Gene-H.-Kruger, salle 2320-2330

Résumé de la thèse 

Les équarrisseuses-fragmenteuses sont largement utilisées par les industries de première transformation des bois de l’Est Canadien. Les scieries cherchent les meilleures conditions de coupe afin d’obtenir des surfaces d’équarris assez lisses et produire des copeaux d’une meilleure qualité, avec le minimum de consommation d’énergie. Le but de cette recherche fut d’évaluer la performance de ces machines lors du travail de billes d’épinette noire conditionnées à différentes températures, teneurs en humidité et largeurs de coupe. Ainsi, quatre groupes de billes ont été usinés à des températures de 20°C, 0°C, -10°C et -20°C. Chaque bille a été transformée à deux teneurs en humidité (à l’état vert et sec à l’air) et deux largeurs de coupe, soit 12,7 et 25,4 mm.

Dans un premier volet, la qualité de copeaux a été évaluée selon l’épaisseur, la largeur et la longueur. Les copeaux plus minces et le volume plus élevé de petites particules ont été obtenus avec une largeur de coupe plus petite. De plus, la diminution de la température en bas de 0°C a produit des copeaux plus minces. L’effet de la température sur l’épaisseur moyenne des copeaux dans des conditions de billes gelées variait avec la teneur en humidité des billes.

Le deuxième volet a été consacrée à la consommation d’énergie. L’énergie consommée et l'énergie spécifique de coupe furent plus élevées lors de la coupe de billes gelées. Une largeur de coupe plus grande nécessitait davantage d'énergie, en raison du volume plus élevé de bois transformé en copeaux. Cependant, l'énergie spécifique de coupe fut plus faible pour la largeur de coupe plus grande. Ce comportement a été relié au niveau plus élevé de fragmentation survenu avec la largeur de coupe de 12.7 mm.

Le dernier volet a évalué l’effet de la température et de la largeur de coupe sur la qualité de surface des équarris. L’ondulation et la rugosité furent plus élevées pour les billes gelées. La largeur de coupe a affecté également l’ondulation et la rugosité ainsi que la profondeur du fil arraché. La surface était plus rugueuse, plus ondulée et présentait des fils arrachés plus profonds lorsque la largeur de coupe était plus grande. Enfin, les nœuds se sont avérés très importants pour affecter la taille des copeaux et la qualité de surface des équarris. Ainsi, un meilleur contrôle de la température des billes et des propriétés des nœuds dans une ligne de production permettra d’ajuster les paramètres de coupe et d’optimiser le positionnement des billes afin d’améliorer la performance des équarrisseuses-fragmenteuses.

Informations supplémentaires :

Membres du jury

Présidente

  • Mme Véronic Landry, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval

Examinateurs

  • M. Roger Hernandez, directeur de recherche, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval
  • M. Carl Blais, codirecteur de recherche, Faculté des sciences et de génie – Université Laval
  • Mme Bruna Ugulino, examinatrice externe – FP Innovations
  • M. Alain Cloutier, examinateur, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval
  • Mme Isabelle Duchesne, examinatrice, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval